Sélectionner une page

 

Fan de photographie, de cinéma et de mode, pourquoi ne pas mélanger ces passions ?

Mon cerveau bouillonne, à la recherche d’une idée. Je parcours les affiches de films sur google, et je me rends compte après quelques pages que les femmes faisant la une ne sont pas pléthores.

Qu’est-ce qu’internet nous propose ?

  • Amélie Poulain ? J’adore la stylistique et les couleurs du film, mais je n’ai pas la tête adéquate.
  • Alice aux pays des merveilles ? Sympa, mais je me vois mal acheter une robe de cette taille. A défaut, en prenant une taille plus longue, je pourrais balayer le sol en marchant.
  • Hunger Games ? Un film qui critique le pouvoir de la mode et qui souligne la débilité de sponsoriser quelqu’un car il en impose dans son style et dans son physique. J’aime l’idée, ça pourrait le faire.  Malheureusement, je n’ai pas d’arc… Mais ce n’est que partie remise.

Bon, arrêtons avec Internet. Je vais plutôt me plonger dans mes amours. Les films de Quentin Tarantino. Choisissons une femme portant une perruque, cela sera plus facile. Mia Wallace incarnée par Uma Thurman dans Pulp Fiction.

 

L’analyse

Il y a deux sources de lumière, une source dans les tons jaune avec un diffuseur, positionnée devant à droite, et une lumière directe derrière.

Vous comprenez rien ? Schématisons cela.

  • le lit en rouge
  • madame Wallace en forme d’allumette
  • un parapluie avec un flash et un filtre jaune en bas à gauche
  • un flash sans filtre en haut à droite

Vous n’avez toujours rien compris. Tant pis… Mais je donne des cours de photographie, cependant il faudra me payer en crédit galactique.

Passons à la pratique. Le vernis rouge et le rouge à lèvre n’étant pas mon truc, je vais rester dans le classique et me concentrer sur l’eye-liner.

Première tentative

Ok, on dirait que je me casse le dos. Le cadrage est naze, on voit le boxon derrière, mon soutif veut se faire la malle.

Bon, la lumière est cool, c’est déjà ça.

Seconde tentative

Bon, ça commence à avoir une bonne tête. La lumière me fait un gros nez. Tant pis.

On retouche un peu (suppression du flash à droite, contraste, recadrage)

To Be concluded

Oui, je vous rappelle que la retouche photo ne doit pas servir à rattraper la misère, mais uniquement à sublimer.

Je m’imagine mal dire à ma femme que son maquillage sert à rattraper la misère…

Allez ciao !!!