Sélectionner une page

Dès lors que l’on démarre sa quête du dédoublement de garde-robe, se profile à l’horizon un problème de rangement.

Il faut avouer que les robes, les jupettes et les compensées, ça prend de la place !

J’ai longuement hésité à la manière de traiter ce sujet. De manière sérieuse ou de manière humoristique ? Finalement, c’est comme les genres, pourquoi ne pas prendre le meilleur des deux mondes ?

L’inévitable

Ce que l’on n’imagine pas en commençant à mettre des jupettes, c’est la place que cela fini par prendre. La place dans votre vie, mais également la place dans vos armoires.

Une jupe par ci, une paire de ballerines par là. Le tout mixé à des problèmes d’achat compulsif et vous voilà fin prêt(e)s à revêtir une ville entière en quelques années.

De manière prédictible, ma garde robe, qui ressemblait à cela :

 

Devint cela:

Un jour, je demandai à mon coiffeur : Quoi faire, mais que faire ?
Et que me répondit-il ? « L’art du rangement s’obtient en s’entraînant à Tetris »

Autant vous dire, que cela ne m’a pas réellement été d’une utilité convaincante.

 

Votre humble narrateur finit par se retrouver, débordé par ses propres fringues qui dégueulaient de ses étagères (sérieusement, si quelqu’un vous dit dans la vraie vie véritable, « votre humble narrateur », il faut avouer qu’il se la pète grave !)

La catégorisation

De manière enjouée, je parle de cela comme si c’était anodin. Mais c’est un gros problème pour moi. Mon matériel a complètement envahi mon appartement, et il est devenu impossible de recevoir des gens à l’improviste. Tout rendez-vous nécessite que l’on me prévienne 1 mois à l’avance le temps que j’appelle une entreprise de déménagement.

Il y a plusieurs catégories de personnes qui viennent chez moi.

  • les commerciaux. Ils squattent ton appart’ le temps d’essayer de te refourguer une offre exceptionnelle qui n’arrive qu’une fois dans la vie. Il est fortement conseillé dans le cadre de leur job de flatter l’égo, vous pourriez être habillé n’importe comment qu’ils vous complimenteront (sauf les vendeurs de veste en cuir, qui aiment sous entendre que vous vous habillez comme un sac pour vous vendre du 100% pur boeuf car c’est trop stylé… true story)
  • les amis, ils n’iront jamais dans ma chambre, et encore moins fouiller dedans, Donc à part laisser trainer une paire d’escarpin comme on laisse trainer ses chaussettes par terre, ça va
  • la famille. Ils peuvent potentiellement dormir dans la chambre, c’est un peu plus ennuyeux
  • ma mère, elle a les capacités de trouver une aiguille dans une meule de foin en 3 minutes chrono.

Il reste encore la petite copine. Si elle trouve quelque chose, je lui retorque : « Chérie, je te signale que cette robe est à toi… Alzheimer à ton âge ? Pov’ nounousse ! (c’est son surnom) « .

Ou il y a la technique du : « Non, mais allo, quoi, c’est un téléphone, pas une paire de compensées ! »

Les solutions

J’ai catégorisé le tout en deux types d’objets.

Les objets inhabituels pour un homme, mais que j’assume : matos d’épilation, parfum de femme, lime de compét’, certaines bottines.
Et le reste.

La solution optimale étant que l’ensemble des objets arrivent dans la catégorie des objets « assumés ».
C’est une conséquence de ce que l’on appelle le coming-out.

N’en étant pas encore là, j’ai dû trouver une solution pour la catégorie fantôme.

J’ai acheté un meuble de ce type ainsi que des casiers, dans lequel j’ai mis des sacs en tissu avec poignet. (vous m’excuserez, ayant prêté mon appareil photo, j’ai été puiser dans le photostock Ikea) :

L’ensemble des mes affaires, à l’exception des robes qui sont dans la penderie, tiennent dans les casiers. Les chaussures sont dans une airmoire fermée à clef.

Si j’ai une visite prévue de type « famille », je prends directement les sacs pour les descendres à la cave ou au garage. 10 ou 15 minutes chronos.

Et vous, avez-vous des techniques de ninja pour camoufler l’incamouflable ?