Sélectionner une page

Critique – Fifty shades of grey

par | Nov 8, 2015 | Mode, Mon monde | 2 commentaires

La semaine dernière, j’appris qu’une nouvelle palette de maquillage de la marque « Urbanum di ci » venait de sortir.
Cette nouvelle me poussa à grimper sur mon cheval, et à partir en direction de la ville afin de voir cette nouveauté de mes propres yeux.

L’option essuie-glace n’étant pas disponible, je n’avais guère le choix que de braver la pluie battante.
En guise de sono, seul le bruit des pas au galop sur le pavée était disponible.

Une vingtaine de minute plus tard, j’arrivai devant le C-Forum, la seule enseigne de maquillage de Divodurum.

Je découvris alors que ces petits plaisantins, après avec sortie la palette à la diable l’an dernier (reconnue pour ses nuances de rouge), ont décidé de sortir la palette : Fifty Shades of Gray.
La particularité de cette box est qu’ils ont décidé de la vendre avec un livre, dont la couverture représente un oeil maquillé.

La palette n’était pas folichonne. Les couleurs manquent sérieusement de peps. Je vous laisse constater les teintes :

Je me suis dit qu’à la limite, pour des photos en noir et blanc, ça pouvait passer.

Pour cinquante sesterces (un sesterce par nuance, quand même), je repartis avec un bouquin et la palette.
L’averse n’étant pas terminée, j’eus préferé m’installer dans la taverne qui venait d’ouvrir au bout de la rue.

Hop, une cervoise, je m’assis alors dans un vieux racoin rabougri, en commencant à dévorrer le roman, page par page, avec un peu de sauce aigre-douce.

Je dois être complètement débile (ce qui est fort probable), mais je n’ai absolument pas compris le rapport avec le maquillage dans ce bouquin.

La faiblesse psychologique des personnages m’insupportant trop, j’eus preferé utiliser le livre comme allume-feu, pour la soupe au chaudron que je comptais me faire le soir là. Bref, je suis désabusé.